vendredi 13 décembre 2013

Interview de Giorgia Caldera


Couverture : Les larmes rouges, Tome 1 : RéminiscencesCouverture de Les larmes rouges, Tome 1 : Réminiscences


Ce moi de Novembre, un titre déjà bien connu et apprécié est de nouveau publié dans un nouveau format. 
Il s’agit des « Larmes rouges ». 
Aussitôt sorti, Alily est sur le coup et n’en fait qu’une bouchée!
Et comme tant d’autres, elle fond littéralement pour ce livre "coup de cœur".
Comme nous aimons aller à la rencontre des auteurs, il fut très vite évident pour nous de poser nos questions les plus folles à Georgia Caldera.
Elle a de suite accepté notre rencontre virtuelle. Et c’est avec un grand plaisir que nous pouvons vous proposer aujourd’hui cette interview!

***

Les Livres d’Alily & Audrey : Comment pourrais-tu te présenter brièvement aux lecteurs qui ne te connaissent pas encore?

G.C : Une trentenaire (+ 1, mais ça reste entre nous, hein?), passionnée de littérature, qui aime presque autant lire qu’écrire. À l’occasion, je troque la plume contre le pinceau, mais toujours au service de mes histoires, afin de mieux cerner mes personnages et de brosser un portrait d’eux le plus complet possible.

LLA&A : Comment s’est déclenché chez toi l’écriture? Y-t-il eu un déclic, ou as-tu toujours eu cette « fibre d’écrivain »?

G.C : Je dirai que j’ai toujours eu la « fibre ». J’écris depuis mon plus jeune âge. Mais le premier projet dans lequel je me suis vraiment investie et que j’ai mené à terme a été Les Larmes Rouges (un peu sur le tard donc). Depuis, c’est devenu comme un besoin, presque une drogue… Je ne peux plus m’arrêter, et si jamais j’y suis contrainte durant une courte période, pour une raison ou pour une autre, je suis en manque.

LLA&A : As-tu des petites manies ou habitudes d’écriture?

G.C : Oh là, oui, plein (à mon grand dam…). Déjà, il faut que je me conditionne. Selon la scène que je m’apprête à écrire, j’écoute de la musique, que je juge appropriée (comme une B.O en quelque sorte), tout ça pour me mettre « dans l’ambiance », essayer de me plonger dans l’émotion que je compte faire passer. Ensuite, il faut que je sois seule (mode ours, lol), et qu’il n’y ait pas un bruit autour de moi. Pour réfléchir, je vais aussi très souvent marcher en forêt, mais jamais sans mon mp3 et une Play List minutieusement préparée au préalable.  
LLA&A : Alily, comme tant d’autres, a littéralement adoré « Les Larmes rouges ». Es-tu consciente d’avoir eu un grand succès auprès des lecteurs, mais surtout d’avoir savamment dosé les recettes magiques qui vont plaire dans un bouquin?

G.C : Je suis vraiment ravie que mon histoire ait plu à Alily, ainsi qu’à d’autres blogueurs et lecteurs ^^ C’est ce qu’il y a de plus gratifiant pour un auteur, qu’un lecteur lui dise combien il a aimé son livre, à chaque fois, c’est une joie immense. Après, j’essaie aussi de prendre en compte les remarques, qui sont également importantes et qui donnent des pistes de travail pour la suite.

LLA&A : Le titre s’est-il imposé dans ton esprit, comment s’est fait ce choix des « larmes rouges »?

G.C : Il s’est imposé en vérité, alors que je commençais l’écriture, après avoir établi mon synopsis. Je voulais quelque chose qui évoque le sang et le tourment, afin de présenter avec le plus de justesse possible l’histoire de Cornélia et d’Henri.

LLA&A : Que s’est-il passé entre la première publication chez les éditions du chat noir, et la nouvelle sortie en format poche aux éditions J’ai Lu. Une éternité et un parcours du combattant pour nous. Entre les deux des tas de lectrices comme Audrey ont mis tout leur talent à essayer de trouver un exemplaire! Une véritable quête!

G.C : Lol. En fait, il y a eu pas mal d’étapes. D’abord le livre est sorti, puis j’ai reçu le prix Merlin, et ce n’est qu’ensuite que les choses se sont concrétisées avec J’ai Lu. Le temps d’intégrer la parution du premier tome dans le calendrier des sorties de la maison d’édition et voilà, pas mal de mois se sont écoulés au final, il est vrai. Ce qui a d’autant plus décalé la sortie du tome 2…

LLA&A : Lors des salons et dédicaces on a pu t’admirer vêtue comme une véritable héroïne de roman! Contribues-tu souvent à te mettre dans une ambiance, un cadre, un costume qui va te permettre de mieux plonger dans l’univers romanesque que tu veux nous faire découvrir?

G.C : Sur les salons, je me permets de m’habiller un peu mieux que d’ordinaire parce que je n’en ai pas tous les jours l’occasion (puisque j’écris la semaine, je ne mets le nez dehors que le weekend). Cela dit, j’ai toujours aimé la mode alternative, ma penderie ne contient que ça, et je ne porte jamais de jean ni de pantalon, même au quotidien. Mais ça, c’est plus une affaire de goûts.
Sinon, j’aime effectivement trainer mes guêtres dans de vieux châteaux, les ruines d’anciennes églises, les vieux cimetières (en particulier ceux de nos voisins anglais), etc., ça contribue beaucoup à nourrir mon imagination.

LLA&A : Comment l’idée de départ, mais surtout celle des rêves de Cornélia a pris naissance dans ton esprit?

G.C : Alors la toute première idée, celle qui a permis de construire l’histoire, m’est venue d’une image. Je cherchais le thème de ma prochaine illustration et le personnage de Cornélia, en robe blanche, dans une chapelle, s’est imposée à moi. De là j’ai imaginé ma trame, en me servant des thèmes qui me tiennent à cœur tels que les vampires en premier lieu, les rêves, les aller-retour dans le passé etc…

LLA&A : Concernant Henri, pour lequel Alily a littéralement fondu, t’es-tu inspirée d’une personne, si oui, pouvons nous avoir son numéro, adresse mail, quelques indices?

G.C : Très heureuse de l’apprendre ^-^ Je me suis inspirée de plusieurs personnages pour créer Henri. Il y a un peu du Mr Darcy de Jane Austen dans ses attitudes, un bon mélange du Louis et du Lestat d’Anne Rice dans sa façon de concevoir sa nature vampirique (je crois que personne n’est passé à côté, lol), ainsi qu’une pointe du personnage de Tarabas de la série de ma jeunesse, La caverne de la rose d’or, essentiellement pour ce qui est du physique (encore qu’il s’agit d’un prince maudit également, possible que mon imagination se soit plus servie de lui que j’aimerais le croire…).
Navrée, mais vous savez, Henri et les nouvelles technologies, ce n’est pas trop ça. Il n’a ni portable, ni adresse mail, malheureusement. Cependant, je dois le voir dans les jours à venir (notamment pour l’écriture du tome 3 des Larmes Rouges), je lui transmettrai le message ;-)

LLA&A : Justement en parlant des personnages comment arrives-tu à les créer? Tiens-tu des petits cahiers, des notes, des post-its, des photos…

G.C : Oui, c’est indispensable pour s’y retrouver, d’autant plus maintenant que j’écris plusieurs séries… J’ai des tas de carnets de notes qui trainent un peu partout chez moi (aux endroits stratégiques, comme sur ma table de nuit, près de mon fauteuil favori, sur mon bureau…). J’ai également un classeur de fiches de personnages avec les infos les plus importantes de leur histoire, leur description physique exacte, et une image (soit une illustration, soit la photo d’un acteur/chanteur/et autre qui correspond le mieux). J’en ai aussi pour les différents lieux dans lesquels évolue tout ce petit monde.

LLA&A : La vie de l’héroïne et l’atmosphère du récit sont plutôt sombre. Bien sûr nous aimerions savoir comment tout cela va évoluer, quelques indices sur la suite, de manière à nous rassurer un peu!

G.C : Vous rassurer, hem, je ne sais pas, ça me paraît difficile. A vrai dire, les problèmes de Cornélia ne sont pas près de s’arranger. Les réminiscences n’étaient que le commencement et les visions de mon héroïne n’étant jamais sans conséquence… Bref, rdv en Mars! ;-)

LLA&A : En parlant du schéma narratif global de la série, l’histoire est-elle déjà terminée, bouclée, écrite? Et sur combien de tomes va-t-elle nous emporter?

G.C : Il s’agit d’une trilogie. J’avais établi dès le départ qu’il en serait ainsi parce que chaque tome traite d’un sujet en particulier et l’histoire ne peut être bouclée que lorsque le voile aura été levé sur chacun de ces sujets. Le tome 2 est écrit depuis un petit moment maintenant, et paraîtra en Mars prochain aux éditions J’ai Lu. Quant au troisième tome, je travaille actuellement dessus et sa sortie est prévue pour Mars 2015.

LLA&A : On sait, pour avoir interviewé Fleurine, qu’elle est l’auteur de cette nouvelle couverture, avez-vous travaillé ensemble? Avais-tu des exigences particulières?

G.C : Absolument, nous avons travaillé ensemble pour la nouvelle couverture des Larmes Rouges et j’ai énormément apprécié cette collaboration. Fleurine connaît particulièrement bien mon univers et elle a su créer exactement ce que j’espérais, la touche esthétique « spéciale Fleurine » en plus ^^

LLA&A : As-tu écris d’autres romans, d’autres choses, es-tu sur certains projets dont tu pourrais nous parler?
G.C : Alors, pour tout vous dire, je viens de terminer l’écriture d’une romance contemporaine : « Hors de Portée », un one-shot qui paraîtra aux éditions J’ai Lu en Juin prochain.
À la rentrée 2014, sortira également, toujours chez J’ai Lu, le premier tome de ma deuxième série : « Victorian Fantasy, T1 Dentelle et Nécromancie », une romance paranormale sur fond d’univers victorien alternatif. Lequel est bien entendu déjà écrit.
Et donc, actuellement, je travaille à l’écriture du troisième et dernier tome des Larmes Rouges, dont le deuxième tome paraîtra en Mars prochain, à l’occasion du Salon du Livre de Paris.

LLA&A : Quels sont tes derniers coups de cœur ou découvertes littéraires?

G.C : J’ai beaucoup aimé « Loin de Tout », de J.A. Redmerski, le dernier tome paru des « Ombres de la Nuit », de Kresley Cole (ma série de romance paranormale préférée!), « Warbreaker » de Brandon Sanderson (mon auteur de fantasy favori!), et « L’épreuve » de James Dashner, en jeunesse.

LLA&A : Quels sont ceux qui t’ont le plus inspiré directement ou indirectement? As-tu un genre littéraire de prédilection?

G.C : Anne Rice et sa série « Chroniques des Vampires » m’ont beaucoup marquée et énormément inspiré pour Les Larmes Rouges. Mon genre de prédilection reste incontestablement le fantastique, parce que c’est celui qui me fait le plus rêver. Même si je lis aussi régulièrement des thrillers, des polars, mais aussi de la romance historique et contemporaine. 

***
Merci infiniment à Georgia d'avoir pris le temps de répondre à nos question... à très bientôt pour la découverte du tome 2!

2 commentaires:

  1. oui très sympa....en plus Giorgia ressemble beaucoup à ma fille!Ca fait bizarre....

    RépondreSupprimer